✈ LIVRAISON GRATUITE EN FRANCE ✈

+33 (0)7 83 48 40 63

Partir seule en Australie

"Partir seule en Australie » article rédigé par Marine (alias @marine.yoga sur instagram), exclusivement pour Yogis on Roadtrip.

Marine est une prof de yoga et une aventurière dans l'âme. Après avoir décroché un CDI dans une bonne entreprise, elle s’est rendue compte qu’elle avait besoin de partir voyager pour se découvrir et être heureuse. Elle a donc décidé de tout quitter et partir seule, en Australie.

Partir en voyage seule en australie

Partir seule en Australie

C'est avec beaucoup d'émotions que j'écris cet article qui retrace la meilleure année de toute ma vie : partir voyager seule à l'autre bout de la Terre. Lorsqu'Aline (la fondatrice) m'a proposé d'écrire mes aventures de voyage, j'ai sauté sur l'occasion pour vous parler un peu de mon aventure australienne plus en détails.... C'est parti ! 

Visa : PVT en poche

Le 16 octobre 2017, j'arrivais à Perth pour 1 an de PVT (Permis Vacances Travail).

Pour ceux qui ne connaissent pas, le PVT ou WHV (Working Holiday Visa) est un visa qui permet de voyager et de travailler sur le territoire australien pendant 1 an (renouvelable sur 1 an supplémentaire selon certaines conditions). Plusieurs pays proposent ce type de visa.

C'est donc, seule, avec ma valise, que je me lançais dans ce nouveau départ, à vivre l'aventure de ma vie, la plus belle expérience de toute ma vie.

Pourquoi voyager en Australie ?

Depuis des années, je rêvais de partir, m'envoler pour une destination inconnue, m'imprégner d'une nouvelle culture et vivre avec des locaux. Je savais que je voulais une destination soleil. C'était la première condition. Alors en avant, je commençais mes recherches. Je suis tombée par hasard sur le visa PVT. Je ne connaissais pas du tout. Voyager et travailler en même temps ? Pendant 1 an ? C'était trop beau pour être vrai... Mais c'était vrai. Je lisais plein de témoignages, je regardais des vidéos. Jusqu'au jour où je me suis dit : c'est ça que je veux faire ! L'Australie faisait partie des pays éligibles. À partir de là, il n'y avait plus aucun doute. JE PARTAIS !

Partir seule en Australie

Tout quitter et partir seule

Visa en poche, billets réservés, démission déposée (le plus gros challenge à faire accepter à mes parents de quitter mon CDI), il ne restait plus qu'à vider mon appartement.

Je m'en souviendrais toute ma vie, je crois. Je possédais tellement de choses. On ne se rend pas compte à quel point, on entasse, on achète, on stocke, jusqu'au jour où veut faire le vide. Mais il le fallait. Nouvelle vie, nouveaux objectifs, je voulais tout vendre, tout donner. Heureusement, je n'étais pas toute seule, toutes mes copines se sont relayées pour m'aider dans ce déménagement infernal.

Vous savez ce qui m'a le plus marqué ? Les 35 sacs remplis de fringues que j'ai donné... Je m'étais juré de ne plus jamais avoir autant d'affaires.

C'était le moment de faire le vide. Je me suis sentie tellement plus légère à cet instant.

Je pense d'ailleurs que c'est à ce moment-là que j'ai commencé à m'intéresser au mode de vie minimaliste.

La valise qui contenait maintenant tout ce qui restait de ma vie était enfin prête, l'aventure pouvait commencer.

 

Partir seule en voyage, à l’autre bout du monde

Comment je me sentais juste avant le départ ? Très bien.

Je crois que j’étais tellement en phase avec cette décision que je savais que partir seule en voyage était la meilleure chose à faire pour moi. J’avais le soutien de tous mes proches, de ma famille. Je partais vraiment le coeur léger. Sûre de moi et fière de cette aventure.

En revanche, je me souviens encore de cette vague d’angoisse qui est arrivée dans l’avion à mi-chemin (entre Doha & Perth, 2ème vol plus long).

Comme un sentiment de panique qui te traverse le corps sans prévenir. Sueur froide, mal au ventre. Bref, grosse panique.

Je réalisais que j’étais partie voyager seule. Pour de bon. Je ne savais absolument pas ce qui m’attendait là-bas. C’est cet inconnu qui fait peur.

Avec mon côté un petit peu « maniaque du contrôle », j’avais quand même planifié les 6 premiers mois de ce voyage en Australie : 3 mois dans une école d’Anglais pour me perfectionner et surtout rencontrer du monde et 3 mois de stage en entreprise au service marketing pour ajouter une dimension professionnelle à cette expérience. 

La vie de voyageuse solo

1 an. Ça peut paraître long, mais c'est très court et ça va très vite. Perth a été un énorme coup de coeur pour moi. Une ville à taille humaine, des plages aux abords du centre-ville, une nature à couper le souffle et des habitants attachants et vraiment "peace". Du chill, du « hey mates », du « no worries », en veux-tu, en voilà.

J'ai tout de suite trouvé ma place. Je me sentais dans mon élément.

Un mixe entre ville & plage. Et surtout, un mode de vie hors du commun. Le surf, le yoga, les petit-déjeuners à l'extérieur, les « avocado-toasts », les « latte en take away ». Les gens vivent pieds nus à Perth, pour la plupart. C'est tellement chill. Je ne me suis jamais autant sentie autant en accord avec une ville. 

Au total, je suis restée 10 mois en Australie, une expérience que je n'oublierais jamais entre les escapades de camping, les road-trips de plages, les excusions en van (passage obligatoire, n'est-ce pas ?), les balades en backpacks. Ce que j’ai le plus aimé : c’est tenir ma vie entière dans une valise.

voyager en van

Mais ce mode de vie à la « roots », nomade et minimaliste me convenait, à mon plus grand étonnement. Je me sentais libre, vivante, moi-même et surtout sans attaches. Comme si tout était possible.

Je n'oublierais jamais non plus toutes les personnes qui ont croisées mon chemin. Chaque nouvelle rencontre était la promesse d'une merveilleuse aventure. Aucun jour ne se ressemblait. Il y avait toujours des rebondissements, des changements. Il fallait avoir le coeur solide. La vie en voyage, c'est comme jouer au yoyo. Un jour, tu dis bonjour à un voyageur et l’autre, tu lui souhaites bonne continuation dans son périple. C'est ça le voyage en solo, mais finalement, on ne se retrouve jamais seul.

Je garderais aussi en souvenirs les nombreux allers-retours à Bali pour le week-end (à 3h40 de Perth), ni mes premiers pas en tant que serveuse. Quelle aventure ! 

Voyage en solo : ce que j’ai appris

Ce voyage en solo à changé ma vie. Il m'a ouvert les yeux sur une nouvelle façon de vivre, plus simple, plus relax, plus en communion avec la nature. En voyageant, on se rend vraiment compte à quel point les cultures et les modes de vie peuvent être différentes d'un pays à l’autre. Alors qu'en France, on nous pousse sans cesse à devenir quelqu'un grâce à un métier que l'on choisit très tôt, à faire de grandes études pour être "successfull", pour résumer à vivre pour travailler, en Australie, le plus important, est de travailler pour vivre, de profiter des plus belles choses de la vie. « Down under » peu importe le métier que tu fais, la personne que tu es est en toi, dans ta personnalité, dans tes hobbies. C'est comme ça que j'ai réalisé qu'un mode de vie simple, sans artifices, #Slowlife était fait pour moi.

Partir en voyage seule

Retour de voyage

Difficile de raconter, de partager tout ce que l’on a vécu. Difficile de reprendre une vie « normale » lorsque l’on passe ses journées à vivre de tout et de rien. Difficile de renouer des liens avec certaines personnes qui ne sont plus en phases avec ses valeurs. Difficile de réaliser que l’on est de retour dans ce pays que l’on aime tant, mais qui nous met tant de pression sociale. En France, la plupart des gens se battent pour un travail stable, gagner leur vie convenablement et ne jurent que par des CDI. J'étais tellement loin de toute cette attraction de la stabilité professionnelle... Mais j'étais de retour, pour de bon, et j'étais déterminée à vivre différemment. Terminé le salariat, terminé les jobs dans lesquels je ne m'épanouis pas, terminé les longues heures à travailler 35h semaine, faire du 9h-17h pour gagner un SMIC, terminé !

C’est à ce moment-là, à ce moment précis, alors que je fouinais sur Indeed pour trouver le « job de mes rêves » que j’ai réalisé que j’avais encore besoin d’un petit shot d’adrénaline. 

C’est comme ça que je suis devenue professeure de yoga. Je me suis envolée aux USA quelques semaines après mon retour pour suivre une formation de Yoga Teacher Training. Je suis rentrée et j’ai décidé de faire de ma vie celle dont je rêvais : l’indépendance, l’épanouissement en vivant à mon rythme.

 

Aujourd'hui, encore, je repense souvent ce voyage incroyable qui restera gravé à jamais et qui est surtout a été ma porte d'entrée vers cette nouvelle vie. Comme ils le disent tous, « j'ai attrapé le virus ». Et je n’ai pas envie de me soigner pour le moment.

 

Alors qu'il y a 2 ans, j’étais en CDI en tant que Chargée Marketing dans une entreprise, aujourd'hui, je suis professeure de yoga, je suis Freelance en tant que Graphiste, je suis aussi musicienne, chanteuse, je m’intéresse beaucoup au développement personnel et à la spiritualité, j’aime passer mes journées à la plage, je suis toujours aussi fan du matcha latte au lait de coco, j'aime rencontrer de nouvelles personnes, explorer le monde, voyager, jouer aux jeux de sociétés.... Je sais maintenant que je suis tout ça à la fois.

 

Vivez, profitez, faites ce qui vous fait plaisir, ce qui vous fait vibrer.

N'oubliez pas que l'on n’a qu'une vie.

Et moi, je prépare déjà la prochaine aventure PVT !

Marine 

voyageuse solo


1 commentaire

  • Très beau témoignage. J’ai quitté mon CDI je pars dans 10 jours au Costa Rica pour me trouver aussi. Je pars que 3 mois pour l’instant j’ai voulu faire progressivement et le visa est obligatoire a partir de 90 jours et difficile a obtenir. Je pense que c’est de prendre la décision le plus difficile. J’espère que le reste suivra. Bonne continuation
    Pauline

    Pauline

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés