Comment gérer son hypersensibilité ?

Si tu as la sensation de vivre les choses beaucoup plus intensément que la plupart des gens autour de toi, de ressentir les émotions de ton meilleur ami en même temps que lui ou même frissonner en pensant à l’ours polaire qui voit la banquise fondre autour de lui … alors tu es probablement un « highly sensitive ».

Bonne nouvelle, tu n’es pas seul !

Environ 25 % de la population mondiale vit l’hypersensibilité au quotidien. A cela s’ajoutent les personnes qui voient leur sensibilité exacerbée temporairement (syndrome prémenstruel, choc, trauma etc…)

Moi c'est Sonia (alias @sonia.bhh). Dans cet article, je te donne mes conseils et astuces pour apprendre à gérer ton hypersensiblité.

hypersensibilité

Qu’est-ce que l’hypersensibilité ?

Quand on entend parler d’hypersensibilité, on a tendance à associer ce terme à l’hyper-émotivité. En réalité, un hypersensible ne sort pas les mouchoirs du matin au soir. C’est une personne qui capte davantage d’informations par ses 5 sens et les ressent de manière exacerbée. On dit souvent qu’ils sont intenses dans leurs réactions car les émotions les bouleversent intérieurement.

Cette sensibilité plus haute que la moyenne demande à s’adapter car le monde est construit PAR et POUR le fonctionnement de la majorité.

Si tu as déjà vu le film Lucy de Luc Besson, tu peux imaginer ce que vit un hypersensible dans une moindre mesure. 

En effet, la principale caractéristique de l’hypersensibilité est le mode de traitement particulier des données sensorielles. 

  • La vue : une lumière artificielle trop forte peut te donner la migraine, tu réduis la luminosité sur ton smartphone, tu es sensible aux belles choses,
  • L’ouïe : les sons sont perçus plus fort, certains sons te crispent,
  • Le toucher : tu ne supportes pas les étiquettes sur tes vêtements, certaines matières, ou dormir avec des chaussettes,
  • L’odorat et le goût : tu te retrouves parfois à être le seul à sentir une odeur ou une saveur.

En résumé : des sens hyper développés mais pas forcément tous, et pas de la même manière selon chacun. 

Cette sur-stimulation des 5 sens déclenche de nombreuses informations, bien souvent associées à des émotions et à des pensées parfois parasites. 

En cherchant à traiter toutes ces informations, les hypersensibles ont tendance à être uniquement dans leur tête. 

Cela peut devenir une grande source de stress si l’on ne parvient pas à s’en détacher (anxiété, problèmes de sommeil, somatisation, procrastination, isolement etc…).

Hypersensible : comment lâcher prise

Lâcher prise, c’est lâcher l’attachement que tu mets dans tout, tout le temps. Let it flow !

Toi, grand expert de la rumination et de l’auto-culpabilisation :

Ressasser ou appréhender une situation des heures durant … c’est entretenir des peurs et des insécurités qui ne sont basées que sur des suppositions (basées sur rien). A ce sujet, je te conseille le livre « les quatre accords toltèques » de Miguel Ruiz.

L’esprit s’agite, le cerveau fume et nous restons dans un état de stress permanent. 

En plus, le stress est à l’origine de nombreux problèmes, y compris sur l’organisme.

  • La somatisation arrive lorsqu’un un état de stress persiste sur la durée. Migraines, palpitations cardiaques, troubles digestifs, affaiblissement du système immunitaire … autant de signes qui doivent nous alerter ! Chaque douleur physique a quelque chose à nous apprendre sur notre état mental. La pratique du yoga permet d’être plus à l’écoute de notre corps et d’éviter certains symptômes.
  • L’anxiété provoque également des troubles du sommeil et de la fatigue. La pratique du sport permet de mieux dormir en évacuant les toxines, méditer aussi. Le yoga c’est 2 en 1.
  • Les incessantes questions qui te trottent dans la tête créent du doute et parfois un manque de confiance en toi. Le yoga peut t’aider car il te pousse à mettre ton égo de côté, à force de volonté et de persévérance. Si tu pratiques régulièrement, tu t’en es probablement rendu compte. La première fois que tu tentes de réaliser la posture que ton prof vient de montrer, généralement tu t’écroules. Tu recommences, tu tombes, mais tu recommences encore et encore … Jusqu’à y arriver ! Comprendre que l’échec n’est pas à fuir mais à affronter pour pouvoir apprendre permet de se faire davantage confiance. Il n’y a aucune compétition dans cette pratique. Tu es seul face à toi-même, et tu évolues sans te comparer aux autres mais en te comparant à toi, hier.

hypersensible

Hypersensibilité : faire de la sensibilité une force

2ème bonne nouvelle : être hypersensible a aussi de nombreux aspects positifs 

  • Le mode de traitement particulier de l’information d’une personne sensible fait d’elle quelqu’un de curieux, consciencieux, et attentif aux détails. Le yoga est utile pour canaliser ce sens de l’observation et ne pas s’éparpiller. Il nous apprend notamment l’autodiscipline. Tu peux par exemple mettre en place une routine yoga pour éviter de procrastiner ! De nombreux styles de yoga existent, pas le temps de s’ennuyer. Tu peux même assouvir ta curiosité en improvisant tes flows, voire en inventant ton propre style de yoga.
  • Les hypersensibles sont souvent qualifiés d’intuitifs. Dans nos esprits rationnels, on a tendance à balayer nos intuitions lors d’une prise de décision. On fait le choix de l’argumentation, basée sur un raisonnement logique pour pouvoir transmettre notre idée à d’autres personnes. Pourtant, nos intuitions proviennent souvent de véritables informations captées par nos sens mais qui sont restées dans la case « inconsciente » du cerveau. Méditer t’aidera à mettre en lumière cette petite voix qui peut te guider dans les situations d’urgence et que tu pourras vérifier par l’analyse lorsque le temps te le permettra. 
  • Et ta grande empathie ? L’avantage du yoga et de la méditation est l’évacuation des émotions. Et le reste, sers-t’en pour être heureux ! Grâce à ton empathie, tu peux soutenir d’autres personnes juste en les écoutant, tu peux prendre soin des animaux par exemple ou œuvrer pour l’environnement. C’est l’ONU qui le dit dans le « World Happiness Report ». La générosité est l’un des principaux facteurs d’épanouissement dans le monde.

Hypersensibilité : comment prendre du recul sur ses émotions ?

3ème bonne nouvelle : il existe des solutions pour lâcher prise !

Lâcher prise, c’est ralentir. C’est calmer le flot de pensées pour placer ta conscience et ton attention sur les choses qui te font du bien, sur tes qualités et ton évolution.

Accepter son fonctionnement hypersensible

La première étape est de savoir que l’on est hypersensible. 

Pour pouvoir en faire une force, il est important de comprendre ce qu’est l’hypersensibilité et comment elle nous impact. Donc si tu m’as bien suivie, ça y est tu es au courant ;) 

Ensuite, il s’agit de l’accepter et de l’assumer : si nous sommes nés « comme ça » il faut faire avec et en tirer le positif. Tu n’es pas « trop », tu es juste toi.

Respirer pour s’ancrer dans le présent 

Oxygène ton corps et ton cerveau ! Respiration, méditation, pratique sportive …

Je pense que tout part de là. Lorsque l’on se concentre sur sa respiration, on ne pense pas à ce qu’on a fait avant ou à ce que l’on va devoir faire après.

Respirer va te permettre de prendre conscience du moment présent et donc de lâcher prise sur tout ce qui ne t’est pas utile à l’instant T. Pas utile et surtout impossible à contrôler. La seule chose sur laquelle tu peux agir, c’est le présent.

Le cerveau fonctionne à partir de stimulations sensorielles. 

Il y réagit constamment de manière positive ou négative. Et il en veut toujours plus !

En respirant tu places ta conscience bien en amont, sur tes sens, et non sur tes perceptions. 

L’information n’est par conséquent plus dans la partie inconsciente de notre cerveau. On gagne du terrain !

Plus ton niveau de conscience augmente, moins tu es victime de tes émotions et de tes pensées. 

Grâce à cela tu pourras naturellement adapter ton mode de vie en fonction de tes réels besoins, c’est-à-dire tes besoins provenant de stimulis internes plutôt qu’externes. Pas ceux que ton cerveau réclame en réaction à ton environnement.

Le yoga pour les hypersensibles

Le yoga réunit de précieux outils pour exprimer ses émotions en reconnectant son esprit à son corps et à ses sensations. 

Maîtriser le Pratyahara pour contrôler ses sens 

Pratyahara permet de limiter ces réactions addictives du cerveau.

Par exemple : cela fait des mois que tu as prévu de partir en vacances. A cause de la crise sanitaire, celles-ci ont été annulées. Le prayahata, à un niveau élevé, consiste à rester détaché d’un tel évènement. En adoptant un discours qui ressemble à ça : « Si j’avais pu partir j’en aurais vraiment profité ! Là je ne peux pas, j’ai une émotion qui découle de cette nouvelle (tristesse, déception). Elle est normale, je l’observe et l’accepte. Je ne rumine pas car ce n’est pas de cette manière que je parviendrais à partir en vacances ou simplement à profiter autrement.

En bref : au lieu de réagir à des stimulis, j’agis.

Le Pratyahara est le cinquième membre du yoga de Patanjali. Il vient juste après le Pranayama (la respiration), que nous venons d’évoquer.

C’est lui qui permet le lien entre le corps et l’esprit ! 

  • Yama, règles de vie en société
  • Niyama, attitude envers soi-même - entre autodiscipline et bienveillance
  • Asana, la pratique des postures 
  • Pranayama, le travail de la respiration
  • Pratyahara 
  • Dharana, la concentration
  • Dhyana, la méditation
  • Samadhi, la connexion avec l’univers, le graal pour un yogi

Tout est expliqué en détails dans cet article.

Se créer un cocon pour gérer son hypersensibilité

Avant d’atteindre la pleine conscience et de parvenir à placer ton focus uniquement sur des stimulis internes, en faisant abstraction de tout le reste tel un grand maître yogi…Tu peux choisir de sélectionner certains agréments pour éveiller tes sens.

Voici les miens : 

  • une musique sans parole rythmée selon mon humeur,
  • des bâtons d’encens ou des huiles essentielles, 
  • une lumière tamisée, 
  • des vêtements confortables, 

L’idéal pour moi, quand c’est possible, est d’aller pratiquer en pleine nature. Sur une plage, à la montagne ou en forêt … C’est profondément ressourçant de se connecter aux éléments et de ne percevoir que des bruits, des odeurs et des images naturelles.

Les perceptions sont propres à chacun. Sélectionne les éléments qui te font du bien, qui t’apaisent. Et oui, tu es unique et donc ta pratique l’est aussi ! 

Crée un espace paisible, qui deviendra un rituel. A force d’ancrage, tu n’auras plus qu’à t'asseoir sur ton tapis pour te voir détendu.

L’essentiel est d’éteindre la télévision, poser ton téléphone, couper tout stimulus susceptible de nuire à ton écoute intérieure.

Comment gérer son hypersensibilité ?

Les personnes hypersensibles ont un immense besoin de bien-être et le yoga peut y répondre par la diversité de ses bienfaits. Même sans chercher à tout expliquer, penses simplement à l’état dans lequel tu es après une bonne séance.

Se reconnecter à son corps pour ne pas finir HS (= hors service, pas hypersensible !). Sur cette bonne blague, je te souhaite de trouver paix et sérénité. 

Allez, on y croit, un peu d’entrainement et bientôt tu pourras concentrer toute ton attention sur le discours de la personne en face et pas sur la sirène de l’ambulance trois rues plus loin.

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés