Yoga des addictions : en route vers la guérison

Le yoga des addictions : c’est quoi ?

Le yoga des addictions est une pratique qui permet d’accompagner une personne souffrant de problèmes d’addiction sur le chemin du rétablissement et de la guérison par le biais de moyens physiques, émotionnels et spirituels. 

yoga addictions

Cette pratique souligne l’importance de développer une relation positive avec les sensations physiques car l’addiction produit une déconnexion physique et empêche de ressentir ce que son corps souhaite exprimer. Lorsque l’addiction prend le dessus, le sujet cherche l’évasion ou un état psychologique différent afin d’échapper à ce qui le rend malheureux. Le mental prend généralement le dessus, ce qui explique les comportements compulsifs incontrôlés afin de faire disparaître les souvenirs liés à une émotion ou un traumatisme passé. 

Le yoga, la méditation et la respiration permettent de réintroduire lentement une personne aux messages et sensations émises par le corps afin de sortir du mental. 

Lors de cette pratique relaxante, l’anxiété, le stress et la dépression sont atténués pour retrouver calme et ancrage afin de faire face aux moments de stress qui peuvent provoquer une rechute.

Le yoga des addictions, ça vient d’où ?

Tout commence avec Bill Wilson et Bob Smith qui sont les fondateurs des Alcooliques Anonymes (AA), une association internationale d'entraide qui se consacre à la guérison de l'alcoolisme par l'abstinence, grâce à un programme en douze étapes fondé en 1935 et inspiré de la spiritualité. 

L'histoire généralement acceptée est que les Douze étapes sont arrivées aux Alcooliques Anonymes par le groupe d'Oxford de la société théosophique, qui les a développées en systématisant les enseignements des rishis (sages yogis) d'inde.

De ce fait, les similitudes entre les Yogas Sutras de Patanjali (plus particulièrement le yoga à 8 membres/Ashtanga) et les Douze étapes sont notables. Dans les deux pratiques, l’objectif est de sortir de la souffrance afin de s’élever spirituellement à travers plusieurs étapes comparables. 

De plus, les recherches scientifiques émises ces dernières décennies confirment les bienfaits du yoga sur le corps et l’esprit. Les postures de yoga, la respiration et la méditation ont démontré leur efficacité sur les sujets présentant des problèmes d’addiction et cela à éveiller un intérêt accru vers ce nouveau type de yoga thérapeutique.

C’est quoi une addiction ? 

Tout d'abord l’addiction ne doit pas être confondue avec la dépendance qui est caractérisée par les symptômes rencontrés lors d’un sevrage d’une substance. 

L’addiction peut-être définit comme ​​”Une affection cérébrale chronique, récidivante, caractérisée par la recherche et l’usage compulsifs de drogue, malgré la connaissance de ses conséquences nocives” (L’Institut Nord-Américain des drogues, le National Institute of Drug Abuse (NIDA)). 

Une addiction est hors de notre contrôle car elle agit directement sur notre cerveau et plus particulièrement sur nos chemins neuronaux. L’addiction à une substance ou une activité repose sur le même mécanisme : le circuit de récompense. 

yoga thérapeutique

Notre cerveau est rempli de neurones qui communiquent entre eux via des neurotransmetteurs et peuvent être accélérer ou freiner suivant les substances. Les psychotropes et autres activités perturbent la transmission des informations entre les neurones et altèrent notre perception, nos sensations, nos émotions et nos humeurs. Par exemple, on peut sentir le stress et l’anxiété disparaître après une cigarette ou une séance de sport.

A ce moment, le cerveau libère de la dopamine (hormone de plaisir immédiat) qui procure une sensation de plaisir que le cerveau va vouloir réitérer. Lorsque la dopamine est sécrétée de manière excessive dû à une activité ou une substance, cela va dérégler ce système et créer une situation de manque ou alors une surconsommation afin d’assouvir l’envie irrépressible du manque. Lorsqu’une personne rencontre des problèmes d’addiction, elle doit ramener son système dans un état d'homéostasie et d’équilibre, ce qui est parfois très difficile car le manque peut se manifester en face d’un stimulus sensoriel. La vue d’une publicité de cigarette, une chanson qui passe à la radio qui nous rappelle l’heure de l'apéro ou encore des chaussures de running dans la vitrine d’un magasin.

Côté émotionnel, les événements traumatisants et les chocs émotionnels peuvent façonner un comportement addictif. Qu'il s'agisse d'une expérience vécue pendant l'enfance ou d'un événement fort vécu à l'âge adulte, ces situations changent toute la physionomie de notre être. Il n'est pas rare d'entendre dire qu'une personne qui a vécu une expérience traumatisante lutte maintenant contre la dépendance comme nous avons pu le voir avec les vétérans du Vietnam à la fin des années 1970. 

Parfois, les personnes ayant subi un traumatisme restent bloquées dans une boucle, incapables de dépasser ou de traiter ce qui s'est passé. Les émotions ne sont pas traitées et acceptées et restent non digérées dans le corps. 

Dans la tradition Ayurvédique, on fait référence à AMA (Ama est une substance malodorante, collante et nocive qui doit être complètement évacuée du corps.) pour parler de nourriture, mais ce concept est également applicable pour les émotions et les traumatismes non résolus.

Comment soigner une addiction physiquement et psychologiquement ?

Le traitement des addictions par le yoga commence par la pratique d’asanas (postures de yoga) et la réappropriation de son corps. 

Un yoga lent et doux permet de ressentir chaque mouvement et donne accès aux sensations corporelles et aux émotions présentent dans le corps afin de sortir ainsi du mental. 

Peu le savent, mais nous avons beaucoup de blocages émotionnels présents dans le corps à la suite de chocs ou traumatismes qui ont eu lieu dans le passé. Un choc émotionnel produit une émotion qui part du système limbique présent dans le cerveau, parcourt la moelle épinière et se répand dans nos tissus conjonctifs et plus particulièrement nos fascias. Les fascias sont une fine couche de tissus conjonctifs présents dans presque tout le corps : dans la peau, dans les cartilages, les os, les articulations, les tendons, les muscles et les organes, y compris le cerveau et la moelle épinière. Étant donné que notre fascia constitue une grande partie de notre être physique, il est également la principale source de stockage de nos émotions. Notre corps retient donc toutes ces informations de manière complètement inconsciente. Par exemple, il nous est tous déjà arrivé de croiser par hasard une ancienne relation amoureuse complètement oubliée dans la rue et ressentir cette boule dans le ventre nous envahir. Cet exemple souligne que même si la tête a passé à autre chose depuis bien longtemps, le corps lui n’a pas encore fait son deuil. 

Côté psychologique, l’effet méditatif du yoga tend à augmenter la production de neurotransmetteur GABA à l’origine de la réduction nerveuse des neurones qui souvent est géré grâce au Xanax et autres anxiolytiques. 

Une pratique régulière permet de réduire les effets de la dépression, de l’anxiété et du stress. Les exercices de Pranayama (exercices de respiration) que l’on débute avant chaque cours et la respiration Ujjayi que l’on doit tenir lors du cours permettent de trouver un équilibre mental et calme le système nerveux. Dans la vie de tous les jours et plus particulièrement lorsqu’on souffre d’addiction, nous avons l’habitude de laisser l'organisme dans un état de stress qui se concrétise avec l'activation du système nerveux sympathique qui prépare l'organisme à l'action. 

En réponse à un stress, le corps répond avec le mode “fight or flight” qu’on peut traduire par combat ou fuite qui entraîne une accélération du rythme cardiaque, une dilatation des pupilles et des bronchique, une augmentation de la tension artérielle et une diminution de l’activité digestive. Lors de séance de méditation et de yoga, on enclenche le système parasympathique qui à l’inverse correspond à une réponse de relaxation. Il induit un ralentissement général des fonctions de l'organisme. Le rythme cardiaque et l'activité respiratoire sont ralentis, la tension artérielle diminuée et la fonction digestive et l'appétit sexuel sont favorisés.

Quelques exercices pour guérir des addicitions

Je recommande de tester les postures suivantes :

  • Posture de l’enfant
  • Fente basse
  • Posture du pigeon 
  • Twist  

Des exercices de respiration sont aussi recommandés, comme l'exercice Nadi Shodhana. C’est une respiration alternée qui permet de trouver le point d’équilibre entre le système sympathique et parasympathique afin de retrouver clarté mentale et calme physique. On vous en dit plus dans cet article. Le Breathwork peut également être bénéfique.

Vous pouvez également faire une méditation somatique. En effet, pratiquer une méditation somatique permet de se reconnecter aux messages et sensations corporelles. 

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés